Entendu à Berlin : le mal du pays…

« Aoua »

Rapidement, un sujet qui m’amuse : jusqu’où peut aller la culture dans son influence sur le côté naturel de l’homme? Etude de cas : la douleur.
Prenez un français, un anglais et un allemand. Non ce n’est pas une blague.
Pincez les. Qu’obtient-on?
Le Français dira « aie » (si rien ne se passe, pincez plus fort ou remplacez avec la Marseillaise de Mireille Mathieu), l’Anglais dira « ouch » (prononcez « aoutch ») et l’Allemand dira « aoua ». 
La langue conditionne même ce que l’on aurait pu prendre pour un réflexe. On associe ici un mot au réflexe engendré par la douleur.
Finalement, ce n’est qu’en augmentant le pincement (ou le son) que l’on trouve un hurlement commun bien que marqué par un accent.

Publicités

0 Responses to “Entendu à Berlin : le mal du pays…”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Archives

Le son

(Nb de titres)

anti_bug_fck

Aimez moi :-)


%d blogueurs aiment cette page :