Les allemands fous de leurs voitures

TrabiOn pourra utiliser en Allemagne la fameuse formule : dis moi ce que tu conduis et je te dirai qui tu es. En Allemagne, la voiture est plus qu’un assemblage de métal sur quatre roues, c’est un objet de culte.
On connaît les allemands rigoureux et respectueux des règles. Mais dans une voiture, cela n’existe plus. L’allemand conducteur n’a que trois soucis lorsqu’il roule : lui-même, sa voiture et sa voiture. Le reste est secondaire. La moindre hésitation dans votre conduite ou changement de décision entraînera un coup de klaxon, de jour comme de nuit. En tant que piéton, n’exigez pas trop de la part des chauffeurs allemands et assurez vous d’utiliser les passages pour piétons quand le feu est vert. S’ils ne vous écraseront pas, c’est uniquement pour ne pas abîmer ou salir leur voiture.
En se plongeant dans la culture et l’histoire allemande, on découvre que la voiture est symbole de liberté. Ainsi les autoroutes sont gratuites et n’ont pas de vitesse limitée. Des autoroutes libres / gratuites (c’est le même adjectif en allemand : « frei ». Prononcez comme dans Mia Frye) pour un peuple libre.
En se plongeant dans l’économie, on découvre pourquoi tout cela tient encore : constitué de puissants groupes comme Volkswagen (« la voiture du peuple » en allemand. Entreprise créée à la demande d’un certain Adolf Hitler), Mercedes ou BMW, le lobby automobile allemand est très influent.
Les choses ne sont donc pas particulièrement près de changer. On peut prendre comme exemple l’absence de limitation de vitesse sur les autoroutes. Cela peut paraître étonnant vu de France. Ceci dit, cela ne concerne que 5% des routes et ne représente au total qu’une part limitée des accidents (je ne suis pas particulièrement contre malgré tout). Récemment, Angela Merkel a suggéré d’instaurer une limitation avec comme raison, non pas la sécurité, mais la pollution. J’aime autant vous dire que ce projet de loi ne fait pas l’unanimité.
Attention, il ne faut pas oublier que les allemands utilisent parallèlement beaucoup leur vélo. Berlin est un très bon exemple puisque de nombreuses personnes bravent le froid. Finalement, selon moi, c’est ici que réside le danger pour les piétons : bien heureux d’avoir réussi à traverser sans encombre la route, ils peuvent oublier les couloirs réservés aux vélos et faire une rencontre peu opportune… Après avoir personnellement constaté ce risque, j’ai même pu lire une mise en garde dans le Guide du Routard !
Un dernier point intéressant : le nombre d’allemands dans ma promo intéressés par des emplois chez Mercedes et compagnie.

Je vous laisse avec une photo de la trabi, symbole de l’ex-RDA.

0 Responses to “Les allemands fous de leurs voitures”



  1. Laisser un commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s




Archives

Le son

(Nb de titres)

anti_bug_fck

Aimez moi :-)


%d blogueurs aiment cette page :