Posts Tagged 'Humeur'

Fin ?

Il y a des signes qui ne trompent pas, comme avoir une longue journée devant soi avec une quantité raisonnable de temps libre, une fois déduites les heures de corvées, et ne rien poster. Comme regarder de moins en moins ses stats. Comme arrêter de penser « faut que je mette ça sur mon blog ».

Une explication ? Oui, le Jamman : petit bijou permettant de « sampler » (enregistrer et jouer en boucle) ses morceaux à la guitare pour des envolées musicales jusqu’au bout de la nuit. Bon j’exagère un peu, mais le fond reste vrai : je consacre mon temps libre à la guitare.

Blogger, c’est long. C’est moins long quand on est à l’étranger et que les sujets viennent seuls. Mais c’est interminable s’il faut partir en quête de sujets. Et tout ça pour quoi ? J’attends toujours que le Times me contacte. Toujours rien pour le prix Nobel de la paix ou de la littérature. Même mon fan-club n’a toujours pas été créé.

L’envie disparait, inévitablement. Tout juste ai-je la motivation de m’insurger et de faire remarquer que l’artiste choisi pour fêter le 14 Juillet n’est autre que celui qui aime la France quand ça l’arrange. Oui, Johnny Hallyday a essayé de changer nationalité et de partir à Monaco pour payer moins d’impôts (voir un vieux billet ici). Mais non, ça n’intéresse personne. Quand on est fan…

Tout ça pour dire que les interludes seront désormais un billet entre deux longs blancs. Je bloggerai toujours mes vacances, ne serait-ce pour en garder une trace. Et qui sait, peut-être que l’envie reviendra.

D’ici là, je vais prétendre au prix Nobel de la paix avec mon futur statut de rockstar, comme Bono.

PS : en relisant mon vieux billet sur Johnny, je me suis dit que c’était pas très bien écrit. Ça veut dire que j’ai progressé non ? 😉

Donner c’est donner. Transmettre c’est voler ?

facebook-superpoke-vie-privee

 » Au secours ils s’attaquent à notre vie privée« . Les craintes envers Google (disclaimer : que j’adore) et Facebook (disclaimer : que j’adore pas forcément) sont nombreuses et touchent notamment ce que ces deux sites font de nos données personnelles. Vous en avez un exemple avec Nathalie dans une conversation ici.

Alors voici quelques commentaires concernant les données personnelles :

Il n’y a rien de nouveau : certaines sociétés se spécialisent dans la location de fichiers de données clients. France Telecom loue par exemple sa base. Vous obtenez des fichiers avec votre numéro de téléphone, votre adresse et bien sûr vos noms et prénoms. Pareil pour la Poste.

Cela existe déjà sur Internet : la plupart des sites qui ont un peu de trafic le font. Ils ne louent pas toutes les coordonnées, seulement celles des personnes dites « opt-in », c’est-à-dire qui ont coché à un moment une case du type « recevez toutes nos promotions ainsi que celles de nos partenaires ». Si vous la cochez une fois, vous voilà fichés. Pour information, des informations sur 1000 personnes ciblées coûtent environ 200€ à louer. Certains sites comme Kingolotto (jeux concours en ligne) n’ont d’autres buts que celui de recueillir des données opt-in.

Il existe des spécialistes : certains vont encore plus loin et agrègent les données. Ils agrègent des données à partir de plusieurs bases à la fois (ex : France Télécom, 3 Suisses, fnac.fr mais également des questionnaires envoyés à des foyers etc.). A l’arrivée, ces spécialistes de la donnée obtiennent d’énormes bases avec plusieurs millions de foyers. Ils peuvent avoir pour la même personne ses contacts, son profil, ses loisirs, ses intentions d’achat etc.

Une fois de plus, il s’agit de donnés que des personnes ont accepté de transmettre en cochant un jour une case, mais on ne réalise pas après à quel point elles peuvent être diffusées

Et Google et Facebook ?

Je ne crois pas que Google commercialise ses données d’utilisateurs. Il propose des publicités ciblées, en fonction du contenu de vos emails sur Gmail par exemple, mais ceci se fait directement et automatiquement : un algorithme définit les mots-clés du mail et leur associe une publicité. Google n’est pas au courant du contenu de vos mails. Personnellement, tant qu’il s’agit uniquement d’un algorithme, je m’en fous.

– le rêve de Facebook est effectivement de faire de la publicité en fonction de vos données personnelles. Elle a lancé un système pour cela. Le public a hurlé, et ils se sont rétractés. Ils y reviendront d’une manière ou d’une autre, mais pas sans le consentement du public. La preuve, le site est en guerre avec les utilisateurs concernant les termes légaux.

Il reste ainsi les arguments suivants :

– « oui mais personne ne sait s’ils ne vont pas revendre sous la table nos données ». Certes, mais pas plus que d’autres sites. Et même moins je dirais. Les données personnelles bénéficient d’une législation de plus en plus développée, et Google et Facebook sont forcément les sites les plus suivis, ne serait-ce par le public méfiant. Un site coté en bourse comme Google ne peut pas se permettre de prendre un tel risque.

– « oui mais on ne sait jamais, si un jour quelqu’un avec de mauvais attention comme des fascistes bénéficient de telles données ». Alors là, je mentionne la loi de Godwin, selon laquelle plus on parle d’Internet, plus la probabilité que le fascisme soit mentionné est proche de 1 (soit 100%). On est un peu dans la parano non ? La probabilité de se faire écraser par une voiture est sûrement plus élevée que celle d’un retour fasciste dans nos pays. Mais ceux qui insistent peuvent effectivement déjà se réfugier dans le maquis. Il n’y a pas Internet là-bas.

Est-ce que tout est bon alors ? Non. Google et Facebook ne sont pas des anges. Google a préféré cautionner la censure chinoise, arguant qu’il fallait être sur place pour favoriser un changement. Je suis le premier à être dubitatif. Sûrement que Google et Facebook, en tant que sites très fréquentés, ont une grande responsabilité. Mais je ne dirais pas que le risque pour chaque individu est radicalement plus fort qu’auparavant.

N’y a-t-il rien à faire alors ? Si, et même des choses bien plus constructives que montrer du doigt n’importe quel acteur. Il y a beaucoup d’éducation à faire : expliquer aux gens ce qui peut se passer lorsque l’on met des informations en ligne. Lesquelles peuvent être mises en ligne, et comment (sur Facebook, vous pouvez par exemple choisir avec qui vous partagez chaque information). Leur expliquer aussi leurs droits, leurs devoirs. Et lutter contre des préjugés qui sont faux (au moins partiellement), en décrivant ce qui se passe vraiment.

Et si après ceci j’entends un « oui mais on ne sait jamais », alors j’arrête d’en parler, car ce n’est pas un argument. Mais je reste bien sûr prêt à répondre à toute objection argumentée :).

Travail d’équipe

Hier mon boss m’a demandé d’imiter le cochon, alors qu’il venait de faire le chien et qu’une collègue avait fait le chat. Du fait de mon hésitation, c’est mon collègue qui s’y est collé spontanément. Finalement, j’ai imité le poisson.

J’aime bien mon travail 🙂

PS: après cette petite séance d’improvisation, j’avais très envie de leur faire partager ça :

Pensée naïve du soir

olmert-abbas-annapolis.jpgJuste comme ça, parce que cela me passe par la tête.
Le week-end dernier, trois 1ers ministres européens donc Bernard Kouchner (de la guerre?) faisaient des pieds et des mains au Liban pour ramener de l’ordre dans un pays profondément divisé.
Au même moment, les Etats-Unis font tout pour trouver un accord au sommet d’Annapolis (USA) synonyme de paix entre la Palestine et Israël.
On ne peut évidemment que saluer tous ces efforts.

Mais naïvement, je me dis que si les Etats-Unis ou même la France faisaient des concessions du même ordre que celles qu’ils demandent à bien des pays, tout serait différent. Je pense par exemple aux subventions agricoles du « Nord » (qui a dit « Pac »?). 
A un niveau moindre, ce serait un comble que le conflit israelo-palestinien soit (en partie) résolu avant le conflit des régimes spéciaux en France. Je n’aurais rien contre ceci dit. J’en profite pour souligner que le mot « conflit » fonctionne dans les deux cas (étonnant mais bon), et qu’en mettant ces 2 conflits côte à côte, le terme « otages » utilisé lors des grèves fait vraiment mauvaise figure …

Les sacrifices sont décidément bien plus faciles à réaliser quand ils concernent les autres…

C’était la pensée spontanée et naïve du soir (espoir!).

Johnny a l’idée du siècle…

Juste une petite déclaration naïve suite à la polémique causée par Johnny :

Je voudrais juste remercier la SECU et donc l’Etat Français de m’avoir permis de me soigner gratuitement pendant toutes ces années. Ceux qui me connaissent savent que j’ai eu droit à quelques opérations. Et bien c est la SECU qui les a financées si je ne me trompe pas. Et de mémoire, elle a été très coopérative, même quand j’ai du aller en Belgique pour un traitement particulier.

Voilà.

Bon et puisque j’y suis, je me lâche un peu :

Quand je lis que notre cher Johnny cherche à changer de nationalité et à partir à Monaco pour payer moins d’impôts, j’ai l’impression qu’il est bien peu reconnaissant envers ce que la France lui a apporté.

Je me permets donc un petit schéma sympa : l’Etat prélève des impôts (jusqu’à 60%, ce qui est pas mal) pour favoriser derrière une couverture sociale (quand ce n’est pas pour les fameuses Tea Parties à 50 000F de la mairie de Paris sous Chirac…). Ainsi tout le monde a le droit d’être soigné. Les chômeurs perçoivent une aide etc…, je ne vous apprends rien.

Evidemment dans ce système c’est le plus pauvre qui est censé en bénéficier. On prend aux riches pour distribuer aux pauvres, on appelle ça la solidarité. C’est donc « le peuple », la « France d’en bas », qui est censé en profiter.

Or, il me semble que c’est à ce niveau que l’on retrouve les fans de Johnny. Et c’est à eux qu’il doit son succès car, sans fan, il n’y a rien. On voit ainsi des français on ne peut plus « lambda » prêt à tout pour Johnny.

Et quand on voit que notre cher Johnny fait des concerts dont les billets sont vendus entre 50 et 100€, et que les gens piochent durement pour s’offrir ce plaisir, et bien on se dit que ce cher Johnny et vraiment cher. Et on se dit qu’il pourrait rendre la monnaie de la pièce aux gens en participant au système de solidarité.

Il y a deux morales à cette histoire:

– pour économiser, Johnny devrait arrêter de s’acheter des tenues de scène horribles et surtout de divorcer si souvent.
– un concert de Kaiser Chiefs, ça coute 20 euros et c’est nettement mieux!

Y’a Paques les jours fériés dans la vie!

J’ai vécu la période de Paques dans deux pays, à savoir l’Italie et l’Angleterre.

Je dois avouer qu’il est très intéressant de comparer un peu les traditions.

En Italie, Paques est synonyme de longues vacances puisque le pays est très croyant. Les gens en profitent pour se retrouver en familles.

Je vais me mettre les croyants à dos, mais en France, Paques est de manière générale plutôt synonyme de jour férié et de chocolat. Je repense avec grande nostalgie à ces moments d’allegresse ou je partais en quête d’oeufs préalablement cachés. Aujourd’hui, je pars plus sérieusement en quête de stages. Ce n’est pas le même sport, mais on ne va pas se plaindre.

Et Londres dans tout ça? Fidèle à elle-même. Il ne se passait rien de particulier. Mais vraiment rien! Certes, le lundi était férié, mais je n’ai pas vu la différence: à quelques exceptions près, tous les magasins étaient ouverts. Comme d’ordinaire, c’est à dire du lundi au dimanche.

Il s’agit là d’un détail qui m’a beaucoup marqué dans les pays saxons: le fait que les magasins soient ouverts tous les jours jusqu’à parfois très tard. HMV, l’équivalent de la FNAC, a un magasin dans le centre qui ne ferme pas avant 23H!

Et oui, les anglais travaillent. Plus que nous! Selon l’OCDE, ils ont travaillé en moyenne 1669 heures en 2004, contre 1441 heures chez les français. Rassurez-vous, je ne vais en arriver à tapper sur les 35h, mais cette différence est impressionante.

Quand on voit qu’après la France s’insurge lorsqu’on lui demande de travailler 7h de plus pendant le lundi de Pentecote par solidarité envers les papy boomers… Les anglais travaillent 250 h de plus par an, soit plus d’une heure par jour ouvré. Lors de mon stage, mon manager arrivait à 8h30 et travaillait jusqu’à 17h, avec une courte pause devant son ordinateur. Ca fait facile 8h par jour, et dérapait aisément vers 9h.

Au delà de la remise en cause des 35h, je trouve que cette différence tend à être largement oubliée et beaucoup de français oublient le privilège qu’ils ont. J’utilise le terme privilège, car selon moi, ce n’est pas un acquis. Il faut savoir remettre en cause ses privilèges, ne serait-ce temporairement, quand la situation va mal.

Exemple? Les syndicats allemands qui ont négocié dans de nombreuses entreprises un retour temporaire à 37h par semaine en échange de la garantie qu’il n’y aurait pas de licenciements ou de délocalisation. Aujourd’hui, les analystes sont clairs: l’Allemagne va mieux.

Je n’aurais pas la prétention d’affirmer connaître la solution aux (nombreux) problèmes français. Mais, lorsque je regarde ce qui se fait à l’étranger, il me semble juste que mes chers (si si!) compatriotes veulent à la fois le beurre et l’argent du beurre. Sans parler de la crémière…

A nous les petites anglaises!

Bon ça y est me voila de retour.

Stage fini, cours qui reprennent doucement (6 cours en 3 semaines…), d’autant que, je dois avouer que j’ai un peu seché. Enfin, ça ne m’a pas empêché d’apprendre des choses, à savoir que Bologne est magnifique, et que les pâtes italiennes sont les meilleurs du monde.

Mais je m’égare car je sens déjà votre impatience monter. Lorsque j’annone à un français que je suis à Londres, la réaction est du style « ah, les petites anglaises!« . Il s’agit là bien sûr de remarques polies où les gens utilisent un cliché qui permettent de décoller un petit peu du non moins traditionnel « bah il pleut tout le temps« .

Malgré tout, je me dois de lever le voile (enfin, je ne parlerai pas que des musulmanes) sur ce mystère. (NB: tout propos avancé dans cette note caricature la réalité et ne tient en aucun cas compte des exceptions. En outre, lors des descriptions, toute ressemblance avec une personne existante serait une fâcheuse coïncidence…)

Alors soyons clair: messieurs, n’hésitez pas à venir!

Je distinguerai 2 types d’anglaises et utiliserai pour cela l’âge: d’un côté, vous avez les moins de 20 ans (j’ai arrondi. En même temps, elles ont des formes TRES arrondies…). Il s’agit du coté obscur : elles sont moches! Elles n’ont aucun charme et ont des goûts vestimentaires pour le moins douteux, quelque soit le style: punk, branchée, simili-classe etc…

Le punk vire très vite dans le multi-couleurs-crade-rayé-dans-tous-les-sens tandis que le soi-disant classe tend vers le très-court-à-paillettes. Vulgaire… Le pire que j’ai vu était en soirée où une fille portait une sorte de gilet sans manches, style boule à facettes, et qui s’arrêtait 10 cm au dessus du nombril. Messieurs, ne bavez pas, elle portait un débardeur moche dessous.

Avouons également qu’elles ont souvent quelques rondeurs souvent magnifiquement mises en évidence par leur tenue et qu’elles se distinguent souvent par un gloussement caractéristique que l’on retrouve néanmoins chez leurs voisines françaises.

J’aime beaucoup être dans le centre-ville le samedi soir. C’est l’occasion de les croiser en mini-mini-mini-jupes et débardeurs alors qu’il fait 4°C, se dirigeant en toute hâte vers la boîte de nuit la plus proche.

« Mais pourquoi nous dit il de venir ?  » se demanderont alors ces messieurs. C’est là que j’en viens à la seconde catégorie de la population : les plus de vingt ans.

Les différences sont nombreuses. Sachez notamment que malgré leur don inné pour très mal s’habiller, les anglaises sont capables de s’améliorer et d’apprendre à se mettre en valeur dans des tenues charmantes tout en gardant un style british.

Elles laissent également tomber toutes les facéties de l’adolescente anglaise et gagnent ainsi en crédibilité.

Une fois que le regard de la personne est capté, elles donnent le coup de grâce en lâchant sous un air faussement naïf quelques mots dans un accent british dévastateur. Je mets qui que ce soit au défi de trouve un mot plus sexy que « Hellooooo » prononcé par une anglaise dotée d’une belle voix !

Je tiens à préciser que ces remarques, bien que subjectives, sont partagées par de nombreux français de tout âge.

Je reviens un peu à des choses plus sérieuses pour finir avec une petite contradiction et une grande leçon pour vous mesdames :

Il m’a semblé que les anglaises assument bien plus leur corps que leurs homologues françaises (qui tendent à me manquer finalement…) et ne cherchent pas à cacher leurs formes (le vulgaire en fin de compte provient plus souvent de la tenue que du physique). Bon ça ne marche pas à tous les coups, mais j’y vois là un grand mérite.

En revanche, j’ai appris par la BBC que la majorité des filles de 14 ans en Grande Bretagne souhaiteraient avoir recours à la chirurgie plastique. Je maintiens que ça ne les empêche pas de s’habiller de manière, euh, osée.

Je finirai cette (longue) note avec une conclusion certes peu profonde mais qui tend à être oubliée: en fin de compte, anglaises ou pas, les plus belles femmes sont celles qui s’assument le plus. Et à beauté équivalente, la différence ne se fait pas sur les kilos mais sur le charme.

Je vous laisse, je repars en quête de « Hellooooooo »


Archives

Le son

(Nb de titres)

anti_bug_fck

Aimez moi :-)